LES BONS VOEUX DE 2013

Rwandaises,
Rwandais,

Amis du Rwanda,


L’année 2012 s’achève. Une nouvelle année 2013, commence! Comme le veut la tradition, je voudrais, au nom du Comité Exécutif et au nom des membres des FDU-INKINGI, présenter à chacun d’entre vous, mes vœux les plus chaleureux, de bonheur, de prospérité et de bonne santé. Que l’espérance ouvre, pour chacun d’entre vous, la porte vers une Nouvelle Année pleine de joie et de succès!


Chers compatriotes,


Au-delà de rudes épreuves, de contrariétés et d’humiliations diverses pour nous tous collectivement et pour chacun individuellement, l’année qui s’achève aura été, somme toute, une année sombre de plus pour notre cher pays depuis 22 ans. L’année 2012, comme les précédentes, n’aura malheureusement pas marqué la fin du calvaire de notre peuple qui croupit sous le joug de la dictature du clan au pouvoir. Le peuple rwandais continue de payer un prix très fort pour sa quête de liberté, de démocratie et du bien être social. Les multiples obstacles dans la marche vers la démocratie, les dérives répétées du pouvoir en place, la situation politique et économique de notre pays, laissent à notre pays l’image d’une nation meurtrie.


En ce début d’année, mes pensées vont à tous ceux qui ont subi les injustices de la nature et de l’économie de monopole et de paupérisation des masses ainsi que les affres de la double tragédie humaine de la servitude et de la tyrannie.

 

Je pense à ceux qui sont malades et qui n’ont pas pu fêter, dans la plénitude de leur santé, l’avènement de la nouvelle année.
Je pense à ceux qui sont sans travail, à ceux qui, du fait de la faiblesse de leur revenu, ne peuvent pas faire face à la cherté de la vie, à ceux qui sont spoliés de leurs terres, aux paysans et aux fonctionnaires qui se saignent pour payer des redevances injustes, aux soldats envoyés au front de guerres hégémoniques.
Je pense aux étudiants ayant terminé leurs études et qui sont dans l’attente de leur premier emploi sans aucun espoir.

 

A chacun et à tous je souhaite une bonne et heureuse année 2013.

 

Une pensée particulière va à :

- Ceux et à leurs familles qui ont été victimes de la barbarie du régime  au cours de cette année qui s’achève;

-  Tous nos morts pour la liberté et la démocratie ;

-    Ceux qui sont en prison sans raison, si ce n’est de lutter pour la démocratie ; je pense particulièrement à la présidente des FDU-INKINGI, Mme Victoire INGABIRE, à Bernard NTAGANDA, président du PS-IMBERAKULI, à Déo MUSHAYIDI, président du PDP-IMANZI, à Théoneste NIYITEGEKA, aux journalistes Agnès UWIMANA et Saïdati MUKAKIBIBI…

- Tous les réfugiés, en particulier ceux des camps de réfugiés en Afrique;

-  Agriculteurs dont on décime les cultures;

- Tous les démocrates rwandais qui ont soif de démocratie ;

 

Chers compatriotes,

 

L’année 2013 s’annonce avec de nombreux défis. Il nous faudra poser des actes forts pour libérer notre pays et le mettre sur la voie de la paix, de la démocratie et de la prospérité. 2013 ne doit pas être pour nous une année ordinaire. Elle doit être l’année d’événements importants qui marqueront l’histoire et la vie de notre nation. Elle doit être l’occasion de mettre tout en place pour sortir définitivement de l’autocratie qui n’a que trop duré. C’est seulement à cette condition, que l’année 2013 sera alors retenue comme étant bonne pour le peuple rwandais. 


Pour pouvoir poser des actes forts, il nous faudra garder confiance en nous-mêmes. C’est à nous, les Rwandais, qu’il appartient de prendre en mains notre avenir. Le rôle des amis du Rwanda est d’appuyer les efforts du peuple rwandais. C’est nous et nous seuls qui pouvons et devons faire avancer le processus de changement. Tout ce qu’il nous faut faire, c’est de penser avant tout à l’intérêt premier de la nation et du peuple rwandais, en mettant de côté toute considération ethnique, régionale ou personnelle ; c’est aussi de trouver de nouveaux terrains de compréhension car, au-delà de faire partir le régime oligarchique aux commandes du pays depuis 18 ans, l’enjeu est de dessiner et de construire ensemble de nouvelles perspectives pour la jeunesse et de préparer l’avenir de nos enfants et nos petits-enfants.


Aborder ces rivages exige de mettre en avant le sens de lapolitique qui est le moyen par lequel, en toute légitimité, il est possible de repenser notre devenir collectif. Notre devenir passe par une refondation du système de gouvernance grâce à une volonté politique forte. Cette refondation est nécessaire. Elle suppose un changement profond de mentalités, une révolution morale et éthique, une transformation totale pour un saut qualitatif vers une société où la conjugaison des efforts prendra le dessus sur les démons de la division, de la confusion et de l’intoxication, pour que triomphent les valeurs de liberté, d’altérité, de dignité, de justice et du bien-être pour tous.

Amorcer ce processus exige d’être en paix, de vivre en harmonie avec tous nos Frères, quelle que soit leur origine ethnique, régionale, leurs convictions politiques et de s’opposer aux criminels et à toutes les personnes qui nous divisent.


Il s’agira en particulier pour les forces du changement, à l’intérieur et à l’extérieur du pays, de jouer pleinement leur rôle, de prouver par leurs positions et par leurs actions qu’elles constituent une vraie alternative, capable de faire de notre pays une nation démocratique ; de rejeter l’impulsion à nous endurcir aux malheurs d’autrui pour, au contraire, pratiquer l’empathie, c’est-à-dire nous reconnaître dans l’autre et étendre notre compassion aux personnes dans le besoin ; de résister aux préjugés, à l’intolérance et à l’indifférence sous toutes leurs formes et de nous opposer avec force au fléau de la division qui sévit encore dans nos cœurs ; de nous employer à venir à bout de nos problèmes et divergences pour faire avancer significativement la résistance et l’unification des forces du changement, avec notamment le rassemblement autour d’un manifeste politique commun.

Les tentatives ont  toutes échoué jusqu’ici. La démagogie aura pris le dessus à cause des communautarismes et des batailles d’egos toujours ravageurs. L’interdépendance avérée et l’exigence du rassemblement des forces du changement n’ont pu convaincre alors que les problèmes posés dépassent lesfrontières des égos et des microcosmes communautaires ou partisans.


En ce qui nous concerne, face au défi de l’unité, l’engagement et la disponibilité des FDU-INKINGI en faveur du processus ne souffrent d’aucune ambiguïté. Nous osons croire que cette dynamique se poursuivra avec plus d’intensité et aboutira au cours de cette année pour le bonheur et le salut de notre peuple et que des officines de division, de mensonge et de désinformation qui se cachent derrière des manœuvres sordides et indignes pour bloquer le processus de rassemblement seront étalées au grand jour. 


Chers compatriotes,


Chacun, pour ce qui le concerne, se doit d’agir pour la libération de notre pays. Mon intention, à l’occasion du Nouvel An, est d’inviter tout un chacun à garder espoir, et à contribuer davantage à favoriser notre vie en commun. C’est aussi d’encourager tous les démocrates à se lever comme un seul homme, et à œuvrer pour combattre la dictature sanguinaire.


Que l’année 2013 soit pour le peuple rwandais celle de la délivrance, de la paix et de l’amorce d’une démocratie véritable.


Vive le peuple Rwandais pour que vive le Rwanda.


Eugène NDAHAYO

Président ad intérim

Télécharger le fichier ici

Save on DeliciousShare via email
  • Date de parution :