Chasse à l’homme contre N. Manirafasha

LA CHASSE A L’HOMME ENGAGEE CONTRE NORBERT MANIRAFASHA, UN CADRE DES FDU-INKINGI AU RWANDA, DOIT CESSER

A la veille du prononcé du jugement dans le procès en première instance de Mme Victoire INGABIRE UMUHOZA, Présidente des FDU-INKINGI, le Comité Exécutif a appris l’existence d’un sinistre plan visant à faire taire définitivement toutes les voix des FDU-INKINGI au Rwanda.

Non satisfait du procès inique et d’une imminente condamnation injuste et cruelle contre la Présidente de notre parti, le régime vient de décider d’actionner son arsenal répressif, tant judiciaire que policier, pour procéder à des arrestations massives et à l’emprisonnement arbitraire des principaux cadres et militants du parti au Rwanda.

C’est dans ce cadre qu’en ce moment même, plusieurs militants des FDU-INKINGI vivant à l’intérieur du pays, dont M. Norbert MANIRAFASHA, chargé de communication au sein du Comité Local, font l’objet d’un harcèlement accru de la part de la police politique du régime et des autres services en charge de la sécurité au Rwanda.
Un avis de recherche contre M. Norbert MANIRAFASHA, pour atteinte à la sécurité de l’Etat, a été lancé dans le volume n° 2345 du journal gouvernemental Imvaho Nshya du 20 juin 2012 qui le dépeint comme un fugitif qui tente de se soustraire à la justice depuis 2007, faisant de lui une proie des délateurs et autres zélateurs de l’Etat FPR.

Pour rappel, M. Norbert MANIRAFASHA avait été arrêté et emprisonné une première fois le 20 avril 2011 puis mis en liberté le 03 Mai 2011. Avec M. Anastase HAGABIMANA, ils étaient accusés aussi d’atteinte à la sécurité de l’Etat. Selon le Ministère Public, ils étaient en possession d’une déclaration, rédigée au nom des Forces Démocratiques Unifiées (FDU INKINGI) sur la hausse des prix des produits pétroliers au Rwanda ainsi que les avantages accordés aux grandes personnalités du pays comme les véhicules chers. Le Ministère Public prétendait que cette déclaration critiquant l’augmentation du coût de la vie au Rwanda avait été rédigée dans le cadre de sensibiliser la population à se soulever contre le pouvoir en place. En l’absence de preuves tangibles M. Norbert MANIRAFASHA avait été libéré le 03/05/2011 conformément à l’article 102 de la loi no 13/2004 du 17/05/2004.

Le Comité Exécutif dénonce vigoureusement cette nouvelle chasse à l’homme lancée contre les cadres et les membres des FDU-INKINGI dans le but d’anéantir l’opposition.

Les FDU-INKINGI demandent instamment à tous les Rwandais, au Rwanda comme à l’étranger, ainsi qu’aux organisations de défense des droits humains, de porter secours et assistance à M. Norbert MANIRAFASHA ainsi qu’à sa famille, en ces moments difficiles.
Les FDU-INKINGI s’étonnent que de tels actes soient commis au moment même où le régime FPR envoie un prétendu émissaire en Europe, en vue de rencontrer les opposants à l’étranger et initier un « dialogue win-win ».
Les FDU-INKINGI condamnent cette chasse à l’homme et exigent que le gouvernement FPR mette immédiatement un terme définitif à sa politique répressive.

Bruxelles, le 27 juin 2012

Dr Jean Baptiste MBERABAHIZI
Secrétaire Général et Porte-parole

Save on DeliciousShare via email
  • Date de parution :