Un cadre local des FDU-INKINGI dans le District de Huye battu à mort.

Les FDU-INKINGI sont profondément choquées par la mort de Jean-Claude RUGIRA, un cadre local opérant dans le district de Huye, Province du Sud (ancienne commune de Ngoma, préfecture de Butare).

Jean-Claude Rugira a succombé aux blessures lui infligées par une foule de gens qui l’ont attaqué et roué de coups le laissant à une mort certaine. Ses agresseurs l’avaient attaqué dans la localité dite Rwabuye le 5 avril 2011 autour de 19h30  alors qu’il rentrait chez lui à vélo.

Il a été secouru par les habitants du voisinage et a été emmené inconscient et quasi exsangue à l’hôpital universitaire de Butare, où il a été admis en unité de soins intensifs. Plus tard, vu que son état nécessitait des soins spéciaux qui ne pouvaient pas être dispensés sur place, il a été transféré à l’hôpital Roi Fayçal à Kigali où il est décédé le 8 avril 2011 à l’âge de 38 ans.

Notre camarade Jean-Claude Rugira repose au cimetière de Save, près de son domicile, où il a été enseveli ce dimanche 10 avril 2011. Nos sources nous ont indiqué qu’il était le fils d’un certain Mbarute Emmanuel. Le défunt laisse derrière lui un seul membre de la famille à savoir son petit frère de 17 ans, un orphelin, comme son défunt frère. Tout le reste des membres de leur famille ont été tués pendant les massacres à grande échelle perpétrés par les troupes de l’Armée patriotique rwandaise (APR) en 1994. Ses assassins restent non identifiés et les circonstances entourant ce tragique assassinat doivent encore être élucidées.

Ce n’est pas la première fois que des militants politiques sont tués dans cette région depuis que le Front patriotique rwandais a pris le pouvoir. En effet, en 1994, le Dr Pierre-Claver Rwangabo (alors Préfet de Butare) et un de ses fils ont été abattus par des inconnus alors que leurs gardes du corps issus des rangs de l’APR étaient eux épargnés et devaient soutenir la thèse officielle selon laquelle l’attaque meurtrière avait été menée par la milice Interahamwe. Pourtant, le pays tout entier était alors sous le contrôle total du gouvernement dirigé par le FPR

L’an dernier, juste avant la mascarade des élections présidentielles qui ont eu lieu en août 2010, le corps d’André Kagwa Rwisereka a été retrouvé décapité et jeté dans une zone marécageuse loin de sa maison située dans la ville de Butare. Il était alors vice-président du parti d’opposition, le parti démocratique vert du Rwanda. Ses meurtriers  ne sont toujours pas identifiés et les circonstances de son assassinat sont encore mal connues.

Les FDU-INKINGI sont profondément choquées par cette triste nouvelle et expriment leur sympathie et leur soutien indéfectible au frère de leur camarade Rugira dans ces nouveaux moments de dure épreuve. Elles s’engagent à remuer ciel et terre jusqu’à ce que les auteurs de ce crime soient arrêtés et traduits en justice, peu importe le temps que cela pourra prendre. Les FDU-INKINGI invitent toutes les Rwandaises et tous les Rwandais à rester mobilisés et organisés jusqu’à ce que le régime sanguinaire en place à Kigali puisse tomber et répondre de ses forfaits.

Les FDU-INKINGI réitèrent leur appel à ceux qui continuent à soutenir la dictature de Paul Kagame et à tourner le dos à chaque fois que de tels assassinats se produisent au Rwanda ou même à l’étranger ; les FDU-INKINGI tiennent à leur rappeler qu’ils portent une lourde responsabilité dans cette impunité et les invitent à coopérer plutôt avec les forces démocratiques rwandaises dans leurs efforts pour mettre fin à la dictature actuelle et pour instaurer l’égalité des droits, la démocratie et la transformation sociale au bénéfice de tous les Rwandais.

Fait à Lyon, le 11 avril 2011,
Pour le Bureau Exécutif des FDU-INKINGI
Eugène NDAHAYO
1er Vice-Président

 

Télécharger le document pdf

Save on DeliciousShare via email
  • Date de parution :