MISE À JOUR SUR L’ARRESTATION D’ANASTASE HAGABIMANA ET NORBERT MANIRAFASHA

Ce vendredi 22 avril 2011, après une visite de leurs épouses, Anastase HAGABIMANA et Norbert MANIRAFASHA, les deux dirigeants locaux des FDU-INKINGI au Rwanda détenus par la police, ont réussi à entrer en contact avec le monde extérieur et bénéficient désormais de l’assistance de Maître Jean-Claude Soshi BIZIMANA en tant que leur avocat-conseil. Ce dimanche 24 avril 2011 à 14heures, ils devraient être interrogés par la police. Selon leur avocat, les charges retenues contre eux demeurent sans fondement.

La nuit de vendredi à samedi, les policiers les ont passé à tabac dans le but de les forcer à révéler leurs Loggins et mots de passe pour leur permettre d’avoir accès à leurs comptes de messagerie électronique, en quête d’un quelconque indice pouvant les aider à les inculper.

Dans l’entre-temps, nous en savons davantage sur les circonstances de leur arrestation. Ils ont été arrêtés dans un cybercafé de « chez Rubangura » dans la Ville de Kigali. Ceci constitue une indication qu’ils étaient sous surveillance policière ou alors qu’ils ont été renseignés par un indicateur. Un projet de communiqué de presse en préparation a été saisi sur place et a été produit plus tard par la police comme preuve qu’ils planifiaient des manifestations contre la hausse du coût de la vie au Rwanda.

Dans une interview diffusée ce vendredi par radio Contact FM, un organe de propagande du régime, Boniface Twagirimana, leur collègue de parti, a prétendu qu’il ne les connaissait pas. Avant cela, un homme qui a refusé de révéler sa vraie identité, a appelé par téléphone l’épouse de MANIRAFASHA, prétextant détenir des informations sur son mari incarcéré. Il s’est présenté impromptu à leur domicile. L’homme a présenté une lettre à l’épouse de Manirafasha portant la signature de Maître GATERA GASHABANA .Cette lettre menace les deux leaders détenus de subir de nouvelles mesures plus coercitives s’ils n’arrêtent pas d’utiliser le logo du parti et de publier des communiqués de presse. L’expéditeur qui a fait croire qu’il agissait sur ordre de Madame Victoire Ingabire, Présidente des FDU-INKINGI, voulait que l’épouse de Manirafasha appose sa signature sur la lettre comme preuve que son mari a bien reçu l’avertissement ; ce qu’elle a refusé.

Il n’est pas encore clair si ces deux incidents sont liés ou s’il s’agit d’une pure coïncidence. Néanmoins, le Bureau Exécutif des FDU-INKINGI demande à Maître GATERA GASHABANA de s’expliquer sur cette affaire.
Le Bureau Exécutif mettra tout en œuvre afin de juguler une fois pour toutes les cas d’indiscipline et de collusion de certains membres avec la dictature actuelle au Rwanda qui mènent des activités hostiles à d’autres membres, aux cadres et aux dirigeants de notre organisation.

Comme la police s’est toujours refusée à faire la lumière sur la mort de Jean-Claude Rugira, un autre cadre du parti du District de Huye, décédé le 8 avril 2011 à la suite de multiples et graves blessures qui lui ont été infligées par des individus non encore identifiés, l’arrestation de nos camarades Hagabimana et Manirafasha pourrait être une action de représailles pour avoir condamné son assassinat.

Les FDU-INKINGI demandent à la police d’enquêter plutôt sur la mort de Rugira au lieu de s’acharner sur des citoyens innocents dont le seul tort est de vouloir exercer pacifiquement leur droit d’expression et de défendre leurs droits fondamentaux.

Nous exhortons toutes les personnes de bonne volonté et les organisations de défense des droits humains de rester à nos côtés jusqu’à la libération inconditionnelle d’Anastase HAGABIMANA et Norbert MANIRAFASHA, car ils n’ont enfreint aucune loi.

Fait à Lyon, le 24 avril 2011

Eugène Ndahayo
Premier vice-président

 

Télécharger le document pdf

Save on DeliciousShare via email
  • Date de parution :