gare aux stratégies divisionnistes du dictateur Kagame !

Le Comité de soutien aux Forces Démocratiques Unifiées, FDU-INKINGI, informe la diaspora rwandaise vivant en occident que le régime aux abois du dictateur Paul Kagame vient d’y dépêcher une forte délégation de plusieurs personnes qui ont commencé à sillonner les principales capitales dans un triple objectif de propagande, de recrutement et de division de la communauté.

La délégation est composée de :

-          Aloysia Inyumba, sénatrice

-          Agnès Mukabaranga, sénatrice, épouse feu Thomas Habanabakize

-          Marie-Rose Mureshyankwano, députée

-          Ezechias Rwabuhihi, député

-          Pierre-Damien Habumuremyi, parlementaire de la communauté de l’Afrique de l’est

-          Amandin Rugira, ambassadeur du Rwanda à Kinshasa

-          Faustin Kagame, chargé de communication à la présidence

-          Régine Iyamuremye, fille du Président du gouvernement intérimaire en poste durant le génocide, le Dr Théodore Sindikubwabo, et épouse du sénateur Augustin Iyamuremye, chef du service central de renseignements durant la même période

-          Père Innocent Consolateur, commissaire à la commission nationale unité et réconciliation

-          Robert Masozera, directeur général de la diaspora au Ministère des affaires étrangères

-          Bernardin Ndashimye

-          Alain Maniraguha, fils feu Jacques Maniraguha

-          Benjamin Gasamagera.

Des réunions ciblées ou publiques sont déjà en cours en Belgique depuis la fin de la semaine passée et vont se poursuivre ailleurs en occident, notamment à Berlin, La Haye et Paris.

 

  1. Mission de propagande

Dans une tentative désespérée de redorer l’image du régime ternie par la récente sortie du rapport de l’ONU sur le génocide commis au Congo sur les réfugiés hutu et les populations congolaises par le dictateur Paul Kagame et son armée, et pour faire oublier l’assassinat et l’emprisonnement d’opposants politiques et de journalistes indépendants, les envoyés spéciaux du dictateur s’adonnent à un habituel rituel de diversion pour éluder le problème central, celui de l’impunité dont jouit toujours le régime criminel.

A cette fin, les participants cooptés ont droit à des séances de dénigrement des principaux opposants politiques qui, selon Kigali, méritent la prison au motif qu’ils collaboreraient avec des groupes terroristes, lorsqu’ils ne sont pas accusés d’en être eux-mêmes des leaders, et qu’ils doivent être traités comme tels. Certains membres de la délégation, commis expressément à cette tâche ignoble et eux-mêmes rescapés des actes de génocides dénoncés par le rapport mapping de l’ONU, s’adonnent à un exercice honteux de négation de ces atrocités pourtant bien documentées. La délégation propose même à ses interlocuteurs de venir visiter le Rwanda aux frais du contribuable. Ceux parmi eux qui sont soupçonnés d’avoir pris part au génocide de 1994, le Gén. Jackson Nkurunziza alias Jack Nziza et le Col. Emmanuel Ndahiro, respectivement homme de main et chef du service de renseignement du régime, les rassurent par téléphone qu’ils ne risquent rien au Rwanda.

 

  1. Mission de recrutement

Des équipes d’informateurs, recrutés en priorité parmi les réfugiés hutu, ont reçu la consigne d’intéresser les membres de leur communauté selon un double critère : la région d’origine et l’éventuelle implication dans le génocide rwandais du printemps 1994.

Dans cet exercice éhonté, la principale cible concerne des ressortissants de la région du nord du pays qui se voient proposer d’éventuels postes de responsabilité au sein des institutions du pays, pourvu qu’ils ne soient officiellement affiliés à aucun parti politique de l’opposition.

  1. Mission de division de la communauté

Toutes ces manœuvres de propagande et de recrutement ont un but : diviser la diaspora, et par ricochet provoquer l’éclatement des partis politiques, en l’occurrence les FDU-INKINGI qui sont devenues la bête noire du dictateur, et aboutir ainsi à l’isolement de notre Héroïne, Madame Victoire Ingabire Umuhoza.

Le Comité de soutien aux FDU-INKINGI recommande vivement à la diaspora rwandaise de ne pas céder à de telles avances qui se sont déjà par le passé révélées dangereuses pour les recrues elles-mêmes, mais aussi pour la communauté.

 

Le Comité de soutien aux FDU-INKINGI rappelle que le dictateur a toujours fait recours à des manœuvres de division de la diaspora en agissant sur le levier de la région d’origine. Ce n’est donc pas au moment où les plaies de ce fléau commençaient à cicatriser que nous devons succomber à la duperie d’un régime criminel que nous devons plutôt combattre dans l’unité et l’ordre.

Le Comité de soutien aux FDU-INKINGI reste enfin déterminé, avec l’ensemble des Rwandais épris de paix, de justice et des idéaux de démocratie, à éradiquer la dictature, sous la houlette de l’icône de la démocratie, Madame Victoire Ingabire Umuhoza, dont l’emprisonnement arbitraire ne fait que renforcer notre combat juste et digne.

Fait à Bruxelles, le 03 novembre 2010

 

Eugène NDAHAYO

Président

 

Télécharger le document pdf

Save on DeliciousShare via email
  • Date de parution :