CONFERENCE DEBAT SUR LA SITUATION DU PARTI FDU-INKINGI AU RWANDA, LA RECONCILIATION ET L’UNITE NATIONALE ET LE SUIVI DU RAPPORT MAPPING DES NATIONS UNIES SUR LA RDC.

Ce samedi 20 novembre 2010, le Comité de Soutien aux FDU-INKINGI a organisé une conférence-débat à Bruxelles. Les thèmes abordés étaient entre autres le bilan de 10 mois de présence des FDU au Rwanda, l’unité et la réconciliation, le suivi du rapport Mapping de l’ONU sur la République Démocratique du Congo et les actions à mener pour le renforcement du Comité de Soutien en vue d’améliorer son appui à l’équipe qui est sur le terrain ainsi qu’à l’ensemble du parti.

Les membres du Comité de Soutien ont retracé le chemin de croix des FDU-INKINGI à travers leur Présidente depuis son retour le 16 janvier 2010 pour faire enregistrer le parti et assurer son implantation dans le pays. Ils ont rappelé et condamné les supplices infligés à Madame Victoire INGABIRE UMUHOZA par le pouvoir dictatorial de Paul Kagame : Diffamation, intimidation, harcèlement, tortures morale et physique ponctuées de son assignation à résidence pendant plus de six mois, de son arrestation et de son emprisonnement dans des conditions inhumaines depuis le 14 octobre 2010.

En dépit de toutes ces embûches tendues sur leur route vers la démocratie, Madame Victoire INGABIRE et son équipe ont réussi pacifiquement à mettre à nu la vraie nature du régime : un régime dictatorial dominé par le parti Etat FPR sous la ferrure d’une seule personne, jetant en prison et éliminant physiquement, s’il le faut, ses opposants politiques ou des journalistes critiques. Nous sommes en face d’un régime qui a caporalisé tant le pouvoir judiciaire que législatif, qui a fermé l’espace politique à l’opposition et qui a mis au pas la société civile, en particulier la presse.

Les membres du Comité de Soutien exhortent les Rwandaises et les Rwandais épris des valeurs démocratiques à rester mobilisés et à ne pas baisser les bras devant les persécutions et les incarcérations systématiques des leaders de l’opposition dont sont l’objet Messieurs Déo MUSHAYIDI, Bernard NTAGANDA et Madame Victoire INGABIRE UMUHOZA. L’heure du changement a sonné. Notre combat est démocratique et viendra à bout du régime par les moyens pacifiques.

Parlant de l’unité et la réconciliation, le Comité de Soutien est persuadé de la richesse apportée par la diversité ethnique, régionale et sociale du peuple rwandais. Il reste d’avis que, vu les crimes contre l’humanité commis, seule une justice équitable peut servir de socle de la cohésion nationale. La réconciliation ne sera effective et n’aura de sens que quand elle impliquera tout le peuple rwandais, en commençant par la réconciliation entre les victimes, tenues en otage aujourd’hui par les éléments extrémistes au sein de leurs groupes ethniques. La réconciliation sera possible quand toutes les parties auront compris que tous ceux qui ont perdu les leurs, peu importe les circonstances, ont le droit de faire le deuil.

S’agissant du récent Rapport Mapping de l’ONU sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, voire les crimes de génocide, commis en RDC principalement par l’Armée Patriotique Rwandaise sur les réfugiés Hutu et les populations congolaises, le Comité de Soutien recommande vivement aux Nations Unies de mettre tout en œuvre pour créer de manière urgente un Tribunal International ad hoc pour juger ces crimes. Il y a lieu aussi d’envisager l’élargissement des compétences dans le temps et dans l’espace des juridictions internationales existantes comme la Cour Pénale Internationale de La Haye (CPI) et le Tribunal Pénal International sur le Rwanda (TPIR) d’Arusha.

A la fin, tous les orateurs ont renouvelé leur solidarité appuyée à la famille aux Pays-Bas de la Présidente des FDU-INKINGI.

Fait à Bruxelles, le 22 novembre 2010

Pour le Comité de Soutien aux FDU-INKINGI

Eugène NDAHAYO

Président

 

Télécharger le fichier pdf

 

Save on DeliciousShare via email
  • Date de parution :